La folie du repêchage
crédit: nhl.com

Montréal et la folie du repêchage


Si vous ne le savez pas encore, le repêchage de la LNH se tiendra à Montréal le 7 juillet prochain. Si vous ne le savez pas encore, c’est que vous n’êtes pas un fan de hockey, que vous n’avez pas Facebook et surtout, vous n’avez pas de compte Twitter! C’est la folie furieuse sur cette plateforme présentement. Tout le monde s’improvise recruteur!

Si vous êtes un ancien recruteur de la LNH, un ancien joueur, un ancien coach ou un ancien journaliste, c’est certain qu’on vous a demandé votre opinion. Si vous êtes un journaliste attitré aux ligues junior, un admirateur moyen ou un fan fini, vous avez aussi donné votre opinion. Il est fort probable aussi que votre mère, votre frère, votre soeur et votre voisin vous ai partagé leurs opinions. Pour les plus fous qui ne savent plus qui essayer de convaincre que Juraj Slafkovsky sera premier devant Shane Wright ou l’inverse, vous en avez probablement parlé avec votre animal de compagnie à un moment ou un autre.

Ça m’amuse pas mal de voir que chaque personne est convaincue que son opinion est la bonne, alors que ceux qui sont payés pour évaluer les prochaines vedettes de la LNH se trompent régulièrement. J’aime regarder l’opinion des gens, qui à mes yeux, sont crédibles pour différentes raisons. Par exemple, j’aime écouter l’opinion de certain podcasts, car disons-le, les podcasteurs sérieux sont normalement des personnes passionnées. J’aime aussi lire les opinions des sites de statistiques avancées, car c’est un département qui prend de plus en plus de place dans le sport professionnel.

Ce qui m’intéresse particulièrement, c’est la nouvelle direction que le Canadien a prise en embauchant Christopher Boucher en mai dernier afin de diriger le département des statistiques avancées dans l’organisation. Un département qui n’existait pas auparavant.

Les statistiques avancées

J’ai découvert récemment les sites hockeyprospecting.com et JFresh Hockey qui ont attiré mon attention. Si les recruteurs de carrière se trompent régulièrement et que les statistiques avancées prennent plus de place, pourquoi ne pas regarder ce que ces sites proposent? C’est ce que j’ai fait. Attention aux âmes sensibles, il se peut que vous tombiez en bas de votre chaise. À titre d’exemple, sur sa liste, Hockey Prospecting met Juraj Slafkovsky en 16e position, alors que plusieurs le prendraient au tout premier rang. Je trouve ça super intéressant!

Crédit photo: hockeyprospecting.com
Crédit: HockeyProspecting.com

Le site ne dit pas que Slafkovsky sortira 16e ou qu’il est le 16e meilleur joueur, mais bien que selon ses statistiques et les données accumulées lors des 30 dernières années par le site, il est le 16e joueur avec le plus de chances de devenir un NHLer et de produire comme une star de la LNH. Vous pouvez aussi remarquer que le défenseur Simon Nemec est en 2e position, alors qu’il n’est pas souvent répertorié dans un top 3 de la plupart des spécialistes et que le défenseur Lane Hutson est au 8e rang. Un défenseur que j’ai à l’oeil malgré son petit gabarit. Pour ce qui est de Shane Wright, il est bien installé au tout premier rang.


David contre Goliath

Les deux images suivantes ont aussi attiré mon attention lors du visionnement du compte Twitter de Byron Bader, propriétaire du site hockeyprospecting.com. C’est quand même incroyable de constater que selon les statistiques avancées, Slafkovsky est aussi loin derrière Shane Wright. Vous reste à déterminer qui est David et qui est Goliath dans l’histoire.

crédit: Byron Bader
Crédit: Byron Bader

Une autre image m’a frappée sur Twitter, celle publiée par Brian Wilde, journaliste anglophone sur le beat du CH. Une image qui me fait douter de l’opinion souvent entendue dernièrement sur le fait que la Liiga est une ligue très difficile. Je n’ai aucun doute que la Liiga est une ligue très difficile, mais avec les chiffres que je vois dans cette image, mentionner que c’est LA raison pourquoi Slafkovsky n’a pas eu de bonnes statistiques l’hiver dernier N’EST PAS une bonne raison! S’il est vu comme le meilleur joueur du repêchage, il doit performer comme les meilleurs et ce n’est pas le cas.


L’histoire laisse des traces

J’ai depuis quelques années un goût amer dans la bouche lorsque le CH repêche des joueurs dans le top 10 avec des statistiques ordinaires. On nous dit ensuite qu’ils ont un potentiel incroyable et je dois l’avouer, je les ai crus. J’ai ce goût depuis la sélection d’Andrei Kostitsyn qui avait alors obtenu 1 point en 11 parties en Russie la saison qui précédait sa venue avec l’organisation. Lorsque l’on regarde les choix qui ont été faits après cette sélection, permettez-moi de prendre quelques secondes avant de compléter ce texte pour aller à la salle de bain…

Le choix de KK en 2018 était également, pour moi, une grave erreur. Alors que Brady Tkachuk et ses 31 points en 40 parties ou Quinn Hughes avec ses 33 points en 32 parties étaient encore disponibles, l’organisation a décidé de prendre le centre maigrichon qui a inscrit 29 points en 59 parties dans la Liiga et qui serait bon dans 4-5 ans! Pourquoi ne pas opter pour le joueur qui a produit, qui a joué la game et le style de jeu en Amérique du Nord et qui a un nom que les gens vont être en mesure de prononcer comme il faut?

Bref, Juraj Slafkovsky me fait très peur au premier rang, car ses statistiques ne sont vraiment pas impressionnantes et son gabarit semble aveugler plusieurs admirateurs. Cela dit, je serais très intrigué par sa présence à gauche de Suzuki et Caufield, il n’est juste pas un premier overall selon mes constatations.

Partagez

Autres articles